Willy Lockwood

Né le 25 avril 1915 à Calais, décédé à Pontoise en octobre 2006

Daniel Nevers, dans les notes du volume 13 de l’intégrale Django (Frémeaux) indique que Willy est le père de Didier Lockwood. Cette info est erronée: William, dit Willy est le cousin du père de Didier, Yves Lockwood. Il avait apparemment deux cousins nommés William: l’un saxophoniste, l’autre bassiste. Didier Lockwood a dédié un morceau de sa composition à Willy le bassiste, Cousin William.

Il commence par apprendre le piano et la clarinette avec laquelle il remporte le prix de la ville de Calais à 18 ans. Il est clarinette solo dans le 46e régiment d’infanterie pendant 3 ans. Il essaye d’intégrer le conservatoire national de Paris avec la clarinette mais il est apparemment trop âgé mais il y est admis avec la contrebasse. Il en sort en 1943 avec un premier prix de contrebasse.

Il fait alors successivement partie de l’orchestre Lamoureux puis de l’orchestre des Cadets du conservatoire. Il accompagne Django Reinhardt ou Joséphine Baker lors de certains de leurs concerts en France. De 1947 à 1950, il fait partie de la troupe des Branquignols. Willy Lockwood interrompt sa carrière pendant trois mois afin de préparer le concours d’entrée à l’Opéra-Comique. Il intègre l’Orchestre de l’Opéra national de Paris en 1957. En parallèle il accompagne en studio des artistes de variété ( Barbara) et enregistre des musique de film (Hiroshima mon amour, Le Vieux Fusil).

Il a accompagné de nombreux chanteurs en studio: Félix Leclerc, Barbara, Louis Chédid, beaucoup de chanteurs moins connus (chanteurs rive gauche). Il a participé à des projets de musique classique (André Bénichou, Jean-Christian Michel), musique expérimentale (Patrice Sciortino, Pierre Arvay), jazz progressif (Michel Colombier, Roger Bourdin…)

Willy Lockwood n’enregistrera qu’à une reprise avec Django. Ce sera pour la bande son du film La Fleur de l’Age. Sur le premier titre de la séance, Minor Blues, il est crédité comme membre de l’orchestre du Boeuf sur le Toit. On peut cependant douter de cette information puisque sur la photo prise lors d’une répétition, le bassiste n’est pas Lockwood.

On sait que Django était pointilleux sur le choix de ses bassistes. Il semble qu’il préférait, à cette époque, faire appel à Emmanuel Soudieux lorsque celui était disponible.

Pour mieux apprécier le son de Lockwood, je vous propose d’écouter ce Contrebasse-Blues enregistré en 1958 avec Pierre Avray ou bien Le Soleil Noir de Barbara.

willylockwood

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s