Jacques Martinon

Né en 1925, décédé en 2011

Voilà son autobiographie express:

« Passionné de musique depuis ma tendre enfance…
C’est en 1942 au cours d’une émission de jazz de la BBC que j’entends un disque de Count Basie et découvre cette musique qui devient vite une passion, avec une préférence pour les sections rythmiques et en particulier la batterie.
J’apprends cet instrument en autodidacte en tapant sur le cul d’une lessiveuse de l’époque pour accompagner les jazzmen que j’écoute sur la fameuse radio anglaise!

1943: je joue maintenant en amateur, et jusqu’à la fin de la guerre, avec des acharnés de cette période, style Swing, dans les caves interdites de St Germain des Prés. Peu après je commence une carrière qui durera sept ans, jouant avec de grands noms français tels que Michel de Villers, Pépé Persiany, Guy Laffite, Pierre Michelot, Philippe Brun etc. ainsi que le grand Rex Stewart (soliste chez Duke Ellington)

1946: je suis engagé par Django Reinhardt et pars avec ce dernier en quintette faire une tournée en Allemagne pour distraire GI’s et officiers de l’US Army.

1951: Le métier de jazzman ne nourrit pas son homme. A regret je lâche les baguettes pour le commercial.

1953: Installation à Marseille, sans toutefois abandonner le jazz que je pratique toujours, mais en amateur, le samedi soir, dans cette ville pendant deux années.

1986: Après cessation de mon activité professionnelle, j’aborde sérieusement la photographie que j’avais pratiquée de façon épisodique au cours des années précédentes. Cette nouvelle passion liée à celle du jazz me donne l’occasion de réaliser enfin un vieux rêve enfoui dans mon esprit depuis le temps où j’étais derrière mes tambours: fixer à jamais les regards complices, les jeux de main et les mimiques de ceux que j’accompagnais au cours de concerts qui chauffaient à blanc dans leur paroxysme, à en avoir la chair de poule. J’y parviens, non sans difficulté, car il est plus facile d’avoir des accréditations lorsque l’on a vingt ans que sexagénaire!

1993: Depuis cette date, je cours les concerts et les festivals de jazz; j’éprouve ainsi la sensation de me retrouver sur le podium parmi mes amis musiciens, marquant le tempo avec le déclencheur de mon M6. Parallèlement, je me mets en quête de galeries ou autres lieux d’exposition, pour y présenter ces travaux. En effet, quel est le photographe qui ne souhaite pas voir ses oeuvres accrochées aux cimaises? »

Quelques précisions complémentaires…

La première trace jazzistique de Jacques Martinon se trouve dans un entrefilet du magazine Jazz Hot de 1946. Il fait partie de l’orchestre de jeunes musiciens du bassiste Georges Hadjo que le journaliste a pu apprécier à Toulouse. Dans ce groupe, on trouve André Persiany au piano et Jean Bonal à la guitare qui deviendront plus tard des jazzmen appréciés. En 1946, il enregistre dans le Quintette de Michel de Villers, il tient la batterie à la place de Baptiste Mac-Kac Reilles pour que celui-ci puisse chanter/scatter Blues at eleven.

On peut supposer que Michel de Villers ou bien Mac Kac ont introduit Jacques Martinon auprès de Django. Ou peut-être Martinon a-t-il été suggéré par les organisateurs de la tournée (d’après ses contrats, Martinon jouait dès 1945 pour les soldats américains dans divers théâtres parisiens)? Toujours est-il que Martinon part en tournée en Allemagne avec Django, Maurice Meunier, Eddie Bernard et Emmanuel Soudieux en juillet 1947 (et non pas 1946 comme il l’indique dans son autobiographie). Il accompagne également Django pour une partie de la série d’enregistrements Surprise-Partie pour la Radio-diffusion française, en août.

Ce sont là les seules traces musicales que nous ayons de Jacques Martinon. En tant que photographe, on sait qu’il a immortalisé les concerts et coulisses du festival Jazz in Marciac depuis sa création en 1978.

Les photos suivantes m’ont été fournies par le fils de Jacques Martinon. Elles ne sont pas datées et je n’ai pas de précisions quant aux personnes présentes sur les photos (je pense qu’il pourrait s’agir de l’orchestre de Jean Marco, sur les photos présentant le logo JM mais ceci reste à vérifier).

Martinon1947Allemagne

Juillet 47, tournée en Allemagne, club Coconut Grove à Bad Nauheim: J. Martinon, Django, E. Soudieux, M. Meunier, Roy Meachum (speaker) et E. Bernard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s