Swing 42

11 Septembre 1941 Django Reinhardt (gtr), Hubert Rostaing (cl), Eugène Vées (gtr ryth), Pierre Fouad (drms), Emmanuel Soudieux (bass)

Toujours en avance sur son temps, Django enregistre Swing 42 en 1941 (tout comme il a enregistré Swing 41 en 1940 et Swing 48 en 1947). Pierre Fouad décrit la création du morceau dans la biographie de Django par Delaunay: « Le soir nous allions fréquemment dîner, près de l’Etoile, rue Troyon, dans un petit restaurant où l’on mangeait dans le jardin et où la nourriture était relativement bonne pour l’époque. Parfois Django chantonnait, et un soir en particulier, il me dit: – Ecoute mon frère, je vais chanter comme Armstrong.
Et il lança quelques onomatopées: – Ah di ba, de  ba…
C’est ainsi qu’il composa Swing 42 que l’on joua la soir même au cabaret afin de ne pas l’oublier. »
Le cabaret dont parle Fouad est sûrement Chez Jane Stick où le Quintette jouait chaque soir du 11avril au 11juin 1941. L’après-midi, ils jouaient à l’Impératrice (au restaurant Le Doyen) où Django composera Lentement Mademoiselle.

La structure du morceau est très classique: Django et Rostaing exposent le thème à deux voix, chaque soliste prend une grille de chorus. Ils rejouent le thème à l’unisson, Django improvisant sur le pont. Le morceau se termine en rejouant le thème en diminuant le volume de plus en plus.

Tablature complète

Tablature – Swing 42

Pour les guitaristes

Grille en CSwing42GrilleC

Partition en C-Voix Clarinette

Partition en C-Voix Guitare

par Ben Givan & Pierre Nauleau

Pour les clarinettistes

Grille en BbSwing42GrilleBb

Partition en Bb-Voix Guitare

Partition en Bb-Voix Clarinette

Play along

Par Nuages de Swing, www.nuagesdeswing.com

Paroles (Lawrence Riesner)

SwingReverie

Je rêve dans le soir, sans autre lumière
Que le feu qui éclaire
Les murs de ma maison
Demi obscurité, qui crée des mirages
Etranges paysages
D´où est née ma chanson

Swing! C´est l´ombre bleue du feu qui danse
Le chant du vent dans le silence
L´appel du train qui siffle dans la nuit

Swing! C´est une image dans la glace
Qui tremble un instant puis s´efface
Devant les larmes posées par la pluie
Tant pis!

L´ombre s’égare.
Dans mon logis
Reflets bizarres
Du feu qui luit
Au loin démarre
Le train qui fuit
Vers un autre pays

Swing! J´ai pris tous les bruits de la nuit
Et j´ai fait une mélodie
C´est la chanson du rythme de la vie

Par la fenêtre ouverte
Les notes s’élancent
Et sous le ciel immense
S’envole mon refrain.

Il s´en ira là bas doux et nostalgique
Promener sa musique
Au hasard des chemins.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s