Nuages

13 Décembre 1940 Django Reinhardt (gtr), Hubert Rostaing (cl), Alix Combelle (sax), Joseph Reinhardt (gtr ryth), Pierre Fouad (drms), Tony Rovira (bass)

Deuxième enregistrée par Django, cette version de Nuages sera néanmoins celle qui sortira la première et lui apportera le succès public durant l’Occupation. Django n’était pas satisfait de la première version enregistrée en octobre. Ici le tempo est plus lent, l’harmonie des deux clarinettes crée une autre ambiance et le chorus de Django qui commence par une série de phrases en harmoniques…

Pour l’anecdote, la face B de Nuages était Les Yeux Noirs. Ce disque, le n°88 de chez Swing, s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires. Le succès du morceau a poussé à écrire des paroles dessus et à en faire une chanson. Les paroles en français de Jacques Larue datent de 1942, la chanson a été chantée par Lucienne Delyle. Les paroles en anglais de Spencer Williams datent de 1946, plusieurs chanteurs ont interprété cette version rebaptisée The bluest kind of blue.

Après l’introduction, la clarinette joue le thème, Django improvise sur une grille puis le morceau se termine par une phrase écrite sur les harmonies du motif de départ (Db7-C7-F-F) et la fin de la grille (les 12 dernières mesures).

Tablature complète

Nuages – Tablature complète

Pour les guitaristes

Grille en C

NuagesGrilleC

Partition en C-Voix 1

Partition en C-Voix 2

par Ben Givan et Pierre Nauleau

Pour les clarinettistes

Grille en Bb

NuagesGrilleBb

Partition en Bb-Voix 1

Partition en Bb-Voix 2

par Ben Givan et Pierre Nauleau

Play along

Par Nuages de Swing, www.nuagesdeswing.com

Chanson française (paroles de Jacques Larue)

Nuages1

Le coeur rempli de fièvre un jour
Croyant trouver l’amour
On fait un beau rêve
Mais l´orage emporte votre bonheur
Le beau roman s’achève
En serrant votre coeur

Lentement dans le soir
Le train s’en va
Sur le quai son mouchoir
S´enfuit déjà
Dans la glace comme un songe
Le mur gris de sa maison
Sous le jour qui s´allonge
S´estompe à l´horizon
Un nuage s’étire sur son toit bleu
En passant il semble dire
Un triste adieu
Et tout ce que j’aimais
Lorsque le train vire
Dans un flot de fumée
S´efface à jamais

Nuages par Lucienne Delyle

Chanson en anglais (paroles de Spencer Williams)

Partition de la version américaine

It’s the bluest kind of blues, my baby sings
It’s the newest kind of blues, my baby sings
It’s the kind that makes you sigh
It’s the kind that makes you cry
Doing something to my poor heart
Like a soft lullaby
It’s the bluest kind of blues, my baby sings
It’s the truest kind of blues, my baby brings
Always on my mind, awake or a-sleeping
It’s the bluest kind of blues, my baby sings

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s