1947

Calendrier

Les initiales après le Nouveau Quintette indiquent le clarinettiste (HR : Hubert Rostaing, MV: Michel de Villers, MM: Maurice Meunier, GL: Gérard Lévecque)

13 Février — Retour des USA par bateau
6 Mars – Mai  Engagement au Boeuf sur le Toit, 1ere exposition de ses peintures
18 Mars —- Stéphane est à Paris pour la première fois depuis 1939
26 Mars —- Enregistrement du Quintette original pour Swing
27 Mars —- Concert La Nuit du Jazz avec le Quintette original
16 Avril —- Enregistrement avec le Nouveau Quintette pour le film La Fleur de l’Age (MV)
Mai ——- Tournée en Belgique avec le Nouveau Quintette (HR)
21 Mai —– Enregistrement (Decca-Bruxelles) avec le Nouveau Quintette (HR)
6, 18 Juillet – Enregistrement (Blue Star) avec le Nouveau Quintette (HR)
Juillet —– Tournée en Allemagne avec le Nouveau Quintette (MM)
25,29 Août-7,15,22 Sept-8,13 Nov
Enregistrements avec le Nouveau Quintette pour l’émission de radio Surprise Partie
(MM, HR, GL)
Oct ——- Concert chez Barclay, les week-ends, avec le Quintette original
4 Oct —– Enregistrement (Blue Star) avec le Nouveau Quintette (HR)
14 Nov —- Enregistrement (Swing) avec le Quintette original
16 Nov —- Salle Pleyel, Concert du Quintette original, enregistré par RMC
21,28 Nov — Enregistrement avec le Quintette original pour Surprise Partie
10 Déc —– Enregistrement (Blue Star) avec Rex Stewart
15,31 Déc — Tournée avec Stéphane en Belgique

16 Avril 1947

Django est appelé en studio pour participer a un film. Il a déjà eu l occasion de travailler pour le cinéma : sur Clair de Lune d Henri Diamant Berger en 1932 il apparaissait en tant que figurant et musicien ; sur Le Village de la Colère en 1946, il est crédité comme compositeur de la musique mais on sait qu’il a bénéficié de l’aide d’André Hodeir qui l’a grandement assisté pour mettre en ordre ses idées et combler les trous.

Le film pour lequel on le demande ce 16 avril est La Fleur de l’âge. Marcel Carné et Jacques Prévert travaillent sur ce film depuis 1937. Il se base sur un fait divers relatant l’évasion et la traque d’un enfant du bagne de Belle-Ile. La revue Pour Nous de 1947 nous apprend que le compositeur attitré de Carne, Joseph Kosma, réalisera la musique principale et que Django, « le plus réputé des guitaristes de jazz » composera les airs de danse. On sait que l’une des scènes se passe lors d’un bal du 14 juillet, c’est peut-être à cette occasion que l’on doit entendre la musique de Django.

On peut supposer que Django a été introduit dans le cercle de Prévert et Carné par l’un ou l’autre de leurs amis communs : Crolla, Savitry etc.

Malheureusement on ne verra jamais le résultat. Ce film est considéré comme maudit : les problèmes se multiplieront sur le tournage, des problèmes financiers avec les producteurs empêcheront la fin du tournage et enfin les bobines du film (ou plutôt ce qui a pu en être tourné) seront perdues. Les seules traces restantes de ce film sont les photographies prises par Emile Savitry sur le tournage et la musique de Django.

On ne sait pas si on a laissé le champ libre à Django dans le choix des titres à enregistrer mais parmi les 5 titres 4 sont familiers à Django (3 compositions: Minor Blues, Pêche à la Mouche, Lentement Mademoiselle et une composition de son frère Joseph qu’il joue souvent: Mélodie au Crépuscule). Le dernier titre, Clair de Lune, est une composition de Joseph Kosma réalisée spécialement pour le film. 4 morceaux sont joués en Quintette, le dernier Minor Blues est joué avec son orchestre du Bœuf sur le Toit (où Django était engagé depuis mars). Seuls les morceaux en Quintette sont transcrits ici. On peut trouver le solo de Django sur Minor Blues dans les relevés de Ben Givan.

Le film n’ayant pas vu le jour, le jeune producteur Edouard Ruault, dit Eddie Barclay, récupérera les enregistrements et en publiera deux d’entre eux : Minor Blues et Pêche à la Mouche. Cette première collaboration sera suivie de bien d’autres cette même année, ce qui ne plaira pas à Delaunay de chez Swing!

Formation

Django Reinhardt (gtr)
Michel de Villers (cl, as)
Joseph Reinhardt (gtr rythm)
Eddie Bernard (piano)
Al Craig  (drms)
Willy Lockwood (cb)

Enregistrements

Clair de Lune

Lentement Mademoiselle

Mélodie au Crépuscule

Pêche à la Mouche

21 Mai 1947

En mai 1947, Django est sollicité pour effectuer une tournée en Belgique. Il choisit de faire appel aux membres du Quintette de 1941 : Vées, Soudieux, Fouad et Rostaing. On se rappelle que Rostaing (et les autres membres de cette formation) s’était disputé en 1942, en Algérie, avec Django à cause de l’avarice de ce dernier envers ses collègues. Rostaing et Django s’étaient retrouvés ensemble en studio en 1944, sans s’adresser la parole, puis en 1946. Lors de la session de 1946, les deux solistes avaient essayé de s’orienter vers un son plus moderne (en commençant par remplacer la guitare d’accompagnement habituelle par un piano) mais, malgré des idées, la séance n’apparaissait pas tout à fait convaincante. Un an plus tard, Django a mûri et son voyage aux USA lui a apporté des idées nouvelles. Rostaing a probablement été attiré par cela : en 1946, il déclarait à Jazz Hot vouloir aller en Amérique pour se documenter. Mais si on en croit les propos rapportés par Delaunay, la vérité est plus prosaïque : Django aurait promis un contrat de 10000 francs par jour à Rostaing. Cependant au moment de payer, Django s’exclame : Mais je ne t’ai jamais dit ca ! Rostaing pensant qu’il était sincère et qu’il avait vraiment oublié ne lui en tint pas rancune. Django accepte finalement de payer mais un autre problème survient : l’organisateur se fait la malle avec la recette.

Pour rentabiliser le voyage, Rostaing contacte une de ses connaissances chez Decca et organise une séance d’enregistrement, le 21 mai. Django touchera une coquette somme qu’il ne partagera, encore une fois, pas équitablement avec ses collègues.

On sait que la tournée en Belgique est passée par une grande brasserie de Gand, que le QHCF a donné un concert à l’ABC de Bruxelles le 22 mai et qu’une réception a été organisée par le Hot Club de Belgique en leur honneur au bar du Corso (club de jazz à plusieurs étages).

Cette séance d’enregistrement est historique puisque c’est la première séance enregistrée par Django avec une guitare électrique. Il utilise probablement l’Epiphone Zephyr d’Eugène Vées que l’on peut voir dans l’extrait de concert filmé en 1946 au Rodéo Club.
Cette séance marque aussi un changement d’orientation dans le jeu de Django. Il s’intéresse au be-bop depuis quelque temps et propose ici ses premières interprétations dans ce nouveau genre de jazz. Etant donné le nombre inhabituel de doubles prises, on peut penser que Django n’était pas tout à fait satisfait du rendu de l’ensemble.

Formation

Django Reinhardt (gtr)
Hubert Rostaing (cl)
Eugène Vées (gtr rythm)
Pierre Fouad  (drms)
Emmanuel Soudieux (cb)

Enregistrements

Babik – Take1

Babik – Take2

Del Salle – Take1

Del Salle – Take2

Duke and Dukie – Take1

Duke and Dukie – Take2

Just One Of Those Things

Porto Cabello

Songe d’Automne

6 Juillet 1947

En juillet 47, Eddie Barclay propose à Django d’enregistrer pour son jeune label Blue Star. Django accepte l’offre d’autant plus facilement qu’il est libre de choisir ce qu’il souhaite enregistrer. Alors que Delaunay, pourtant supporter en chef du jazz moderne, n’a qu’une idée en tête (reformer le Quintette original), Django choisit le Nouveau Quintette pour cette série d’enregistrements. Il appelle les habitués: Rostaing, Joseph, Jourdan. Le bassiste préféré de Django, Emmanuel Soudieux, ne fait pas partie de cette session, mais sera là pour celle du 18 juillet. En attendant, probablement sur la suggestion de Rostaing, c’est Ladislas Czabanyck qui vient tenir la basse.

Une autre nouveauté de cette session est le matériel utilisé par Django: il joue sur une Selmer amplifié par un micro DeArmond qu’il aurait ramené des USA. On peut le voir jouer ce combo sur les photos du Boeuf sur le Toit. Le son de la session est également mieux équilibré entre les différents instruments. Rostaing précise que le positionnement des instruments par rapport au micro était l’étape qui prenait le plus de temps en studio:
Même si les sessions n’étaient pas préparées, nous savions déjà les nouvelles compositions que Django voulait enregistrer. Dès qu’il les créait, sur sa guitare, il nous les jouait pour qu’on puisse partager sa joie. On ne répétait pas beaucoup. On pratiquait chez les uns chez les autres, dans les loges quand on jouait dans les clubs; principalement on jouait dans les jam sessions after hours plutôt que dans des répétitions organisées.
Le jour de l’enregistrement si Django n’avait pas oublié l’heure ou le jour, il arrivait avant tout le monde, pour se mettre dans l’ambiance et voir comment sa guitare sonnait dans le studio. Une fois tout le monde arrivé, on se met d accord sur les chansons, l ordre des chorus. On ne faisait que peu de prises. La plupart du temps ça roulait bien, le seul problème, c’était le placement du micro.
Eddie Barclay nous laissait libre du choix des titres. On était très content parce que Django ne voulait enregistrer que la musique qu’il aimait.

L’infidélité envers Charles Delaunay que constitue cette session pour un label concurrent contribuera à détériorer la relation entre Django et le patron du Hot Club de France. Une illustration: dans la biographie Django mon frère, Delaunay oublie volontairement de parler de ces enregistrements.

beoufdjango

Django au Boeuf sur le Toit avec guitare Selmer et micro DeArmond ramené des USA en 1947

Formation

Django Reinhardt (gtr)
Hubert Rostaing (cl)
Joseph Reinhardt (gtr rythm)
André Jourdan  (drms)
Ladislas Czabanyck (cb)

Enregistrements

Anniversary song

Blues for Barclay

Danse norvégienne

For Sentimental Reasons

Stop

Swing 48

Vette

18 Juillet 1947

Django retourne en studio pour une seconde session Blue Star orchestrée par Eddie Barclay. Il s’entoure des habitués du Quintette à clarinette et grave avec eux 8 morceaux différents: des blues lents, blues rapides, des ballades en vogue à l’époque (que Django devait apprécier puisqu’il est laissé libre de choisir les morceaux qu’il veut enregistrer) et un vieux titre datant de 1923 mais qui swing autant qu’à l’époque.

Formation

Django Reinhardt (gtr)
Hubert Rostaing (cl)
Eugène Vées (gtr rythm)
André Jourdan (drms)
Emmanuel Soudieux (cb)

Enregistrements

Brazil

Django’s Blues

I’ll Never Smile Again (take1)

I Love You

Love’s Mood

New York City

September Song

25-29 Août 1947

Après les enregistrements Blue Star, Django est invité à effectuer une tournée en Allemagne pour les soldats américains. Il choisit de faire appel à ses collègues habituels: Eddie Bernard, Emmanuel Soudieux, Hubert Rostaing. Malheureusement Hubert Rostaing a déjà d’autres engagements. Emmanuel Soudieux amène alors un jeune clarinettiste, Maurice Meunier. D’après certaines biographies, Meunier ne sait jouer que dans une tonalité mais c’est probablement une exagération romanesque puisque certains articles de l’époque le qualifient de professionnel (un jeune professionnel mais un professionnel quand même). Le batteur Jacques Martinon complètera la formation pour cette tournée en Allemagne, qui ne sera pas franchement couronnée de succès. Jouer pour des gens plus ou moins saoûls qui ne s’intéressent pas tellement à la musique, tout en n’étant pas correctement sonorisé n’est pas une expérience des plus plaisantes.

En août, à son retour en France, on propose à Django d’enregistrer une série de morceaux pour une émission de la Radio Diffusion Française. Ce programme appelé Surprise-Partie et présenté par Anne-Marie Duverney propose à partir de septembre d’animer les samedis soirs des auditeurs avec de la musique de danse. Django enregistrera une soixantaine de morceaux avec différentes formations (quintette avec clarinette ou avec violon, guitare électrique ou acoustique). En août, Django choisit d’enregistrer avec son quintette à clarinette (avec Maurice Meunier).

Le choix du répertoire peut sembler curieux après les expérimentations et nouvelles compositions enregistrées pour Blue Star ces derniers mois. En effet, Django revient à d’anciennes compositions ou morceaux du Quintette à cordes. Les versions sont cependant bien différentes et la comparaison permet d’entendre l’évolution musicale accomplie par Django entre 1937 et 1947.

Ces faces enregistrées pour la radio seront commercialisées par Delaunay sur les labels Swing et Vogue après la mort de Django sous le titre Souvenirs de Django. Les fonds récoltés seront versés à Naguine et Babik. Sur la pochette d’un de ces disques, on peut lire un commentaire d’Anne Marie Duverney décrivant l’enregistrement des sessions: Django parlait beaucoup avec les musiciens avant d’attaquer le morceau, pour expliquer l’arrangement. Cela agaçait un peu la productrice car elle pensait que c’était une perte de temps mais elle a fini par comprendre que c’était nécessaire pour Django.

GermanyTour

Tournée en Allemagne, concert au Coconut Grove avec Maurice Meunier, Emmanuel Soudieux 1947

Formation

Django Reinhardt (gtr)
Maurice Meunier (cl)
Eugène Vées (gtr rythm)
Jacques Martinon/André Jourdan (drms)
Emmanuel Soudieux (cb)

Enregistrements (25 Août)

Babik

Blues Clair

Nuages

Swing Guitars

This Kind Of Friend

Viper’s dream

Enregistrements (29 Août)

Del Salle (Duke and Dukie)

Les Yeux Noirs

Minor Swing

Swing 39

Swing 41

Septembre 1947

Prochainement

4 Octobre 1947

Prochainement

13 Novembre 1947

Prochainement

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s