1946

Contexte

L’année 1946 est riche en rebondissements pour Django mais pauvre en enregistrements. Elle commence par les réjouissantes retrouvailles avec Stéphane Grappelli à Londres fin janvier. Leur entente musicale ne semble pas avoir été affectée par les 5 années de séparation: les faces qu’ils gravent en février sont exceptionnelles (à commencer par leur version de La Marseillaise). Le fameux Quintette devait être reformé pour une série de concerts et d’enregistrements pour la BBC. Mais Django tombe malade et en mars, il doit être opéré à l’hôpital français de Londres. Il rentre à Paris où il est un peu désoeuvré, il n’a pas d’engagements. On le recrute au Rodéo Club avec le clarinettiste/saxophoniste Michel de Villers (une vidéo des actualités les montre dans ce club).
En mai, le chanteur Jean Sablon, bon ami de Django, lui propose de l’accompagner pour une série de concerts à New-York. Il enregistre pour Swing avec un nouveau Quintette, plus moderne où la seconde guitare est remplacée par un piano. Les thèmes et les arrangements sont également plus modernes.
Durant l’été, alors que Django est de plus en plus occupé à peindre, Delaunay est en voyage d’affaires aux Etats-Unis, un de ses objectifs étant de ramener un contrat américain pour Django. Lorsque Delaunay revient, Django vient juste de partir en Suisse pour une tournée avec un Nouveau Quintette constitué de Michel de Villers en second soliste, Eddie Bernard au piano, Alix Bret à la basse et Pierre Brun à la batterie. A la fin de son engagement, Django reste en Suisse. Il y rencontre un agent britannique avec qui il conclut un contrat pour participer à une tournée dans le Nord-Est des USA avec Duke Ellington, le rêve de Django.
Inutile de dire que Delaunay est assez fâché lorsque Django lui apprend cette nouvelle, à son retour à Paris, début octobre. Cela fait déjà plusieurs années que Delaunay parlemente avec les américains pour organiser une chouette tournée à Django…
Le départ est un peu précipité: Django a été sollicité par les producteurs du film, Le Village de la Colère pour écrire la musique de ce film. Mais Django ne sachant pas écrire la musique, il a fallu trouver un collaborateur. André Hodeir accepte cette tache. Malgré le manque de temps, ils arrivent à boucler la musique juste avant le départ de Django.
Du 4 Novembre au 2 Décembre, Django est en tournée avec l’orchestre du Duke en tant que soliste invité. Le point d’orgue de cette tournée doit être deux concerts donnés au Carnegie Hall de New York, le 23 et 24 novembre. Du 16 décembre au 11 janvier, Django joue avec le groupe du clarinettiste Edmund Hall au Cafe Society Uptown.

Probablement suite aux remarques de Delaunay (qui n’était sûrement pas objectif), on peut lire dans beaucoup de biographies que le voyage aux USA de Django a été un échec et qu’il était plein de ressentiments. Les compte-rendus des concerts que l’on peut lire à l’époque dans la presse locale laisse plutôt entendre que Django a fait une très bonne impression auprès du public américain qui était particulièrement curieux d’entendre ce phénomène en live pour la première fois. Si Django a probablement été déçu par certains aspects de sa tournée américaine, il en reviendra néanmoins plein d’une nouvelle énergie et avec de nouvelles idées comme on le verra en 1947.

Calendrier

21 Janvier ——— Derniers enregistrements avec l’orchestre de l’ATC
26 Janvier ——— Départ pour Londres où Django et Naguine vont retrouver Stéphane pour la première fois depuis la guerre

Début mars ——-  Django est hospitalisé à l’hôpital français de Londres. Plusieurs concerts et sessions d’enregistrement sont annulés.

Début avril ——– Retour en France
Avril ————- Engagement au Rodéo Club avec Michel de Villers

Début mai ——– Jean Sablon lui propose de l’accompagner pour une tournée aux USA
7 mai ———— Salle Pleyel, Paris ——– Django et l’orchestre d’André Ekyan

Eté ————– Peinture

8-24 Septembre —- Tournée en Suisse —- Nouveau Quintette (de Villers, Eddie Bernard au piano, Alix Bret à la basse et Pierre Brun à la batterie)

Octobre ———– le Village de la Colère — Musique de film, avec l’aide d’André Hodeir
29 Octobre ——— Départ pour les USA

4 Nov – 2 Déc ——- Tournée dans le Midwest et la côte Est —- Duke Ellington
23 et 24 Nov ——— Carnegie Hall, New York ————— Duke Ellington

16 Déc – 11 Janv —— Cafe Society Uptown ——————- Edmond Hall

Formation

Django Reinhardt (gtr)
Hubert Rostaing (cl, sax alto)
Jack Diéval (piano)
Arthur Motta (drms)
Lucien Simoëns (cb)

Enregistrements

15 Mai 1946

I Won’t Dance

On The Sunny Side Of The Street

Swingtime in Sprintime

Yours and Mine

Photos

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s